top of page
  • christophealexisbi

The silence par Manchester Orchestra - Paroles et traduction française

Dernière mise à jour : 5 avr.



Motivé par l’intensité qui se dégage de la voie du chanteur et de la composition des musiciens, j’ai bien prêté attention aux paroles de cette magnifique chanson... Et j’ai été surpris par l’intensité proportionnelle du texte d'Andy Hull ! ... Et à moitié surpris du fait que les traductions faites à ce jour soient largement à côté de la plaque…

Pour commencer, rendre hommage à la performance mérite que l’on pose et/ou réponde à une question  (QU E S/T ION ou encore QUEST ION en anglais lorsqu'on s'intéresse à la construction, à la généalogie et à l'immanence du langage):

À qui s’adresse ce chant ?

L’auteur lui-même confie qu’il s’agit d’un hymne à l’amour et d’une prière pour « Dieu ». Mais au-delà de l’humble regard de l’"inspiré" sur lui-même et la nature de son œuvre en tant que "souffle", nous pouvons remarquer assez rapidement qu’il s’agit d’un dialogue avec soi-même en « Dieu » et inversement d’un dialogue avec Dieu en soi. Il s’agit aussi et surtout d’un dialogue entre l’orgueil et la vie ! Et par la magie de l’immanence et des multiples formes de la dualité, d’un dialogue entre le masculin et le féminin.

Le texte est aussi une méditation sur la nature de la terre promise, non pas pour les uns ou les autres, mais pour tous. Une arche d’alliance pour le vivant, enfin réconcilié avec la vie et la mort concernant l’Homme.

Une plongée au cœur de la nature de la pensée, une réponse apocalyptique à la question existentielle... 


The Silence par Manchester Orchestra - Paroles et traduction française :


Why do I deserve the science?                                     Pourquoi devrais-je mériter la science

To feel better about you                                              pour me sentir mieux à ton propos ?

At a loss I lost my cool                                               A perte je perdais mon sang froid,

I denied that I found you                                           je déniais t’avoir trouvé,

I tried to be a basket case                                          j’essayais d’être un cas désespéré,

I did not surprise you                                                Je ne te surprenais pas.

I’m trying to find a signal of fire                             J’essaie de trouver un signal (un feu),

Let me know when I should move                           fais-moi savoir quand je devrais agir/partir.

But you, amplified in the silence,                            Mais toi amplifié(e) dans le silence,

Justified in the way you make me bruise                 justifié(e) dans la façon dont tu me                                                                                     meurtris,

Magnified in the science                                          attesté(e )par la science,

Anatomically prouved                                              prouvé(e) anatomiquement

That you dont need me                                             comme n'ayant nul besoin de moi.

 

… Crescendo

 

Why do I desire the space ?                                     Pourquoi est-ce que je désire l’espace ?

I was nourning after you                                          J’étais en deuil après toi,

I was lost and lost my shape                                    j’étais perdu et sans forme,

There was nothing I could do                                  il n’y avait rien que je puisse faire.

I don’t want to waste away                                     Je ne veux pas dépérir…

It was all I give to you                                           C’était tout ce que j’avais à donner pour toi.

Take me back and take my place                           Reprends-moi et prends ma place,

I will rise right up for you                                      Je m’élèverais/me soulèverais pour toi.

But you,  amplified in the silence                          Mais toi, amplifié(e) dans le silence

Justified in the way you make me bruise              Justifié(e) dans la façon dont tu me meurtris,

Magnified in the science                                        attesté(e) par la science,

Anatomically prouved                                            prouvé(e) anatomiquement

That you dont need me                                           comme n'ayant nul besoin de moi.

 

… Crescendo

 

All the while you waste away                                    Tandis que tu dépéris

You’re asking                                                             tu demandes :

Did I really need a another one to take me done?   Avais-je besoin d’un autre pour m’abattre?

Everybody knows it’s something that you              Tout le monde sais que c’est une chose

Had to live with darling                                       avec laquelle tu avais à vivre, chéri (assumer)

Nobody’s gonna tear you down now                      Personne ne t’abattra plus maintenant…

There is nothing you keep                                      Il n’y a rien que tu gardes

There is only your reflexion                                  Il n’y a que ton reflet/tes pensées/ta réflexion

… Crescendo

There is nothing you keep                                     Il n’y a rien que tu gardes

There is only your reflexion                                  Il n’y a que ton reflet/tes pensées/ta réflexion

… Crescendo

There was nothing but quiet retraction                  Il n’y avait rien qu’un retrait silencieux

And families pleading                                           Et des familles implorant

Dont look in that cabinet                                      Ne regarde pas dans cette "boîte de Pandore"

There’s far more bad than there’s good                 Il y a là beaucoup plus de mal que de bien

I don’t know how it got there                                 Je ne sais pas comment il y est entré

That was something your father                           Ce fut quelque chose que ton père

had burn in me                                                       brûla en moi

Twenty hours out of Homestake eternity              Vingt heures*1  hors de l’usine à perpétuité*2

You can go anywhere but you are                        Tu peux aller où tu veux mais tu es

Where you came from.                                         là  (en la demeure) d'où tu viens *3.

Little girl                                                              Fillette

You are cursed by my ancestry                            Tu es Maudite par mon ascendance

There is nothing but darkness and agony           Il n’y a rien qu’obscurité et agonie

I can not only see                                                 Je peux non seulement voir

But you stop me from blinking                           Mais toi tu m'empêches de cligner des yeux

Let me watch you as closed                                 Laisse-moi te voir aussi inaccessible

As a memory                                                        Qu’un souvenir ,

Let me old you above the misery                         Laisse-moi te tenir au-dessus de la misère

Let me open my eyes                                           Laisse-moi ouvrir les yeux

And be glad that I got there                              Et être heureux d’être là / arrivé là

 

… Silence et reprise du chanteur seul:

                                                                                                             

Little girl                                                            Fillette

You are cursed by my ancestry                         Tu es Maudite par mon ascendance

There is nothing but darkness and agony       Il n’y a rien qu’obscurité et agonie

I can not only see                                              Je peux non seulement voir

But you stop me from blinking                        Mais tu m'empêches aussi cligner des paupières

Let me watch you as closed                              Laisse-moi te voir aussi inaccessible

As a memory                                                     Qu’un souvenir

Let me old you above the misery                     Laisse-moi te tenir au-dessus de la misère

Let me open my eyes                                         Laisse-moi ouvrir les yeux

And be glad that I got she/you/Sion               Et être heureux "de l’être et de l’avoir".

                                                                           OU : " d’être arrivé à EL/LE" ou "... à toi".

                                                                           OU : "de l'avoir eue".


Impossible d'ouvrir "l'armoire" de Pandore évoquée ici sans prendre le temps nécessaire pour décrire ce qu'elle contient! Ce long texte ne donne pas encore accès au local technique de l'arithmancie linguistique qui caractérise la structure cohérente de nos langues véhiculaires, détails qui font l'objet d'une véritable initiation que je proposerais ultérieurement en vous offrant des articles appropriés. En revanche, cette page de blog vous transportera à travers l'histoire de l'objet même du pouvoir. Le pouvoir d'influence sur les esprits et la matière, par l'instrumentalisation du langage. Et à travers l'histoire de la science hermétique dont les secrets d'architecture sont précieusement gardés par les autorités "sachantes" qui tentent vainement de contrôler des masses aliénées, en les menant périodiquement à la guerre totale.

Entre ombre et lumière, sur son échiquier de noir et de blanc, l'Homme ne gagnera jamais une partie d'échec qu'il joue contre lui-même.

Un lourd sujet donc, un anneau, un nœud où se perdent notre indicible légèreté et notre inéluctable gravité... Un "Objet" de pouvoir semblable à un trou noir dont la lumière ne peut ressortir, que nous allons démystifier en prenant appuie sur le message alchimique porté par cette chanson incontournable de Andy Hull.


En écoutant attentivement vous remarquerez que Andy Hull exprime une ambiguïté en terminant la chanson par "and be glad I got there" sans prononcer exactement "there", mais plutôt "she" ou un "you" torturé. Avant de lancer un Inna de yard à la foule, qui signifie "dans la cour"... À cour donc (périmètre relatif à l'école liée à la cité, à la gouvernance, à l'esprit...), complémentaire d'à jardin (le monde extérieur). La cour reflète ce siège de la pensée auquel Andy Hull se heurte gracieusement au fil des couplets, avec toute la violence que la comédie humaine mérite.  

Alors... Qui se cache derrière ce "She" / "You" remplaçant le there? "You" est-ce l'autre? Hymne à l'amour shakespearien? Amour de l'autre? Amour de la vie? Notons entre autres: "little girl, you are cursed by my ancestry". Quelle élue d'un cœur pourrait avoir été maudite par une lignée d'ancêtres? Le cœur est-il amoureux d'un autre, maudit par sa maison, comme c'est le cas pour un Roméo et une Juliette? Manifeste-t-il son amour pour une vie maudite par le cycle d'Abel (le nomade) et Caïn (le sédentaire), en d'autres termes par la marque du fratricide, la guerre et le consumérisme? Maudite par les intérêts irrationnels de la somme des éléments composant nos différentes "Maisons" en compétition? Maudite par un complexe maladif entre l'amour de soi, l'amour propre, les passions, la foi, la raison?  En y ré/fléchissant à 2 fois, hymne à notre amour pour l'autre et hymne à notre amour de la vie ne font qu'un... Alchimiquement vôtre! Amour pour "l'autre" dans le sens global du terme (amour et haine de soi, de l'être aimé, de la vie, de la nature, de Dieu), c'est l'amour que l'on écrit avec un A majuscule. Et c'est la dualité qui s'exprime ici, sous le principe d'immanence! Rencontre du Yin et du Yang, du noir et du blanc, des ténèbres et de la lumière, de celui qui se croit maître de celui qui se croit esclave, du temps et de l'espace, de l'archer et de sa cible... Notons que "nature" renvoie à plusieurs notions dont les glissements sémantiques ouvrent de nouvelles portes : le féminin matriciel créateur (incluant le masculin), le versant déterminé de la matrice mathématique, la matrice et son incarnation (incarne à Sion)... Ou dans un jargon alchimique oublié: la terre promise et l'espoir couvé sous l'arche d'alliance. 

Difficile de dire précisément à quel point l'auteur souhaite utiliser tout ou partie de ces codes et métaphores sans le lui demander, pour la simple et bonne raison qu'il suffit de rédiger un texte de construction alchimique (dans lequel l'autre est à la fois humain, abstrait et divin) pour que le public puisse se poser toutes ces questions soulevées par l'intelligence humaine depuis l'Antiquité et exprimées dans toutes nos architectures, qu'elles soient mentales, linguistiques, "maçonniques" (les édifices à la mesure de notre idée de la grandeur) ou personnalité morale (architecture de l'entité sociale).

 

Des codes, encore des codes... lol!  Mais rien de bien sorcier dans ce symbolisme qui date de l'âge d'or des alchimistes (durant la Renaissance des arts et des sciences). Le subtil aurait beau s'offrir nu au grossier, que ce dernier l'ignorerait ou le dévorerait sans la moindre considération. Les alchimistes contemporains codent parfois par simple poésie, mais à l'époque de la Renaissance le contexte était bien différent: les initiés aux arts libéraux et principes hermétiques comprenaient que la science percerait peu à peu les "mystères du nom de la rose" au profit de l'orgueil humain et de l'abus de pouvoir. Pire, ils pouvaient témoigner des mensonges qui hantent encore et toujours une Église malade. Ils ont donc perpétué l'art du symbolisme et utilisé des codes, non seulement pour se protéger de la persécution des forces politiques en compétition et communiquer entre eux, mais aussi pour transmettre aux générations futures en apportant de rationnelles mises à jour à nos bases sémantiques et réductionnistes. Des chevaliers de la rose donc, rendant hommage à la vie, à l'Amour et à un Télos moins obscurantiste que celui dont notre eugénisme expérimental a hérité.  

Conservons le prisme alchimique, qui suppose que l'amoureux s'adresse à la vie, disons à Dieu, au mystère de l'existence, autant qu'à l'être aimé(e):


... "Anatomiquement prouvée comme n'ayant nul besoin de moi" (moi et ma conscience propre tous deux périssables) :


Phrase forte, marquée par les musiciens et rappelant la MARQUE de fabrique des temps modernes: l'absurdité d'une vie sous contrainte dont les efforts se soldent par une mort inéluctable et définitive. Le tout dans un univers vu comme accidentel, qui se passe totalement de notre présence et de ses ressentis pour exister. Dans le langage des contes et légendes oubliées, le jargon des alchimistes des langues véhiculaires, cela signifie que l'Homme moderne considère dorénavant Boucle d'Or (la vie) comme une petite garce qui entre par la grande porte, pique la soupe des 3 ours (les ordres de grandeur) et couche dans le lit qui lui convient avant de foutre le camp par la fenêtre sans avoir dit bonjour ni bonsoir. On ne saura jamais qui elle était cette petite voleuse, ni quelle est sa demeure? Elle n'a rien laissé d'elle, pas même le souvenir de son visage! Tout cela est absurde, autant pour les ours que pour la petite fille ou le lecteur. La garce, qu'elle ne revienne jamais ou qu'elle finisse enfin par affronter les ours, ça fera du spectacle.  Une vie absurde donc, que l'on finit par abandonner au profit d'un confort individualiste, un bonheur artificiel, quel qu'en soit le prix pour la nature, quel qu'en soit le prix pour l'humain, ce prototype de boucle d'or ADN qui nous emmerde! Cette marque des temps modernes, propre au consumérisme et à la décadente grandeur de notre cité des sciences, des arts et des industries, correspond à celle portée par Caïn dans les écritures judéo-chrétiennes. Cette base est conservée dans la version coranique.    

Lorsque la tendance est au consumérisme roi, disons au nihilisme post-libéral, rien d'étonnant à ce que la vie, l'amour ou une quelconque idée de la vérité ne fassent plus sens!  L'autorité technocratique con/firme : la con/science ne précède pas le vivant et n'est que le fruit accidentel de l'évolution d'un univers improbable, accidentel lui aussi, ayant provoqué un déséquilibre que le néant tend à rétablir en annulant cet accomplissement de la matière. Une définition du vivant qui a la froideur du bistouri avec lequel nous l'étudions sans vergogne depuis que nous sommes guidés par les Lumières.


Attention, il ne s'agit pas de remettre en question les faits, principes ou phénomènes démontrés par la science, mais de comprendre qu'ils sont orientés par l'idéologie matérialiste. Pour le philosophe, la rhétorique est au service de l'épanouissement de l'Homme, qui n'est qu'un témoin plus ou moins conscient du milieu vivant et inerte qui l'entoure et le constitue. Le philosophe, ou penseur responsable, défend un effort commun pour que l'on puisse s'entendre sur les formes et le fond des questions liées à la notion de vérité. En matière de politique, la rhétorique sert à gagner, à augmenter la puissance du parti, à convaincre. En faisant dire à la science ce qu'elle ne dit pas par exemple. La politique n'a pas de scrupule! L'empereur donne raison au temple lorsque le philosophe est en procès, autant qu'il donne raison aux philosophes lorsqu'ils gagnent l'âme des foules contre l'autorité religieuse. Avant de les faire taire de nouveau et de les remplacer par des idéologues. Durant deux millénaires, notre "démon de la politique" a susurré aux oreilles des rois et des papes, que la valeur arithmantique sémantique / arithmétique / géométrie / musicologie) des écritures devait demeurer HERMETIQUE et inaccessible aux masses  profanes. Autant dire faire dire aux "Saintes Écritures" qui vont faire l'Histoire, ce qu'elles ne disent pas et conserver ainsi la rose sous cloche et la nature du pouvoir dans une boîte noire hermétiquement verrouillée. Le Saint-Esprit (le langage) demeurant ainsi au service d'un système d'exploitation arbitraire sous le contrôle de CERCLES d'influence organisés. Pourquoi science et religion ne s'unissent-elles pas pour témoigner de ce jeu de dupes? Parce que les intérêts particuliers sont ce qui définit le mieux notre "démon de la politique". Il est la façon perverse dont nous concevons la gestion de nos relations et la monnaie d'échange. Or, ce démon sait qu'on ne le trahira pas parce qu'il a fait commettre le crime à tous les partis, à toutes les autorités en présence et par procuration, à chaque individu ayant prêté allégeance à ces autorités.


La vision matérialiste semble le nouvel opium que ce fortuné diable nous vend depuis que nous creusons la Caverne, éclairés par nos Lumières artificielles.

Par ce seul prisme, l'amour lui-même n'est que l'évolution déterminée d'un système neurologique propre à  certains métabolismes, une transcription illusoire d'un phénomène que nous devons entre autres à la reproduction, à l'éducation et à la sophistication des liens sociaux. De l'adaptationnisme, rien de plus.


Un éteignoir, un monde désenchanté, mais une parfaite excuse pour un collectif dont le mode de VIE repose sur le sacrifice de cette dernière!

 

Pas de sens, pas de libre-arbitre, pas de responsabilité en nom propre! De quoi justifier la formule "marche ou crève" ( des autocraties et dictatures) autant que les mots doux des eugénistes de tous poils, grands amateurs de démocraties à deux vitesses et de soft-power! Démocraties dont la mécanique ne repose pas moins sur une tyrannie nombriliste : celle de l'individualisme, de l'orgueil, des intérêts particuliers, de la liberté mal acquise, de la fraternité morbide et de l'égalité impossible... En d'autres termes, le consumérisme. 


Je propose une réponse d'ado à toutes ces questions...

"Toute cette merde, toutes ces guerres et toutes ces dettes sur notre jeune dos... Tout cela au nom de Dieu ou parce que des cinglés de philosophes ont voulu donner un sens à l'existence? Autant niquer la life et s'abandonner à l'IA et à son monde virtuel pour ne PLUS AVOIR MATIÈRE A PENSER."

Réponse qui reflète en réalité cette nouvelle réalité augmentée que l'on impose aux adultes depuis quelques décennies, tout en douceur pur sucre.


Dans les conditions de leur divorce d'intérêt, l'Église et l'État ont conservé le principe d'hermétisme qui caractérise le gap entre les sachants et les "moldus". La boite noire a été déterrée après la seconde guerre mondiale, pour y ajouter le nouveau logos du système d'exploitation "impérial". Une splendeur, une merveille d'encodage qui se voulait à la hauteur des millénarismes ouverts par les premières écritures codées de nos pères fondateurs: le langage informatique, la source humaine de l'IA.


Aux oubliettes donc, l'idée d'un versant divin "zéro" impénétrable, dont la raison humaine peut extirper des signes, nombres ou formes pour expliquer notre existence et ses mécanismes. L'histoire du zéro sémantique devenu chiffre à part entière en inde dans les premiers siècles de notre ère, est trop subversive pour notre petit démon de la politique : elle ne doit pas être contée, tout comme l'anneau 0 et la forge dont il est issu doivent demeurer dans l'ombre pour le bien de tous.  De toute manière, compte tenu de la théophobie galopante du matérialisme "tout puissant", ce genre d'histoire n'intéresse plus personne . L'équation (Dieu = 0 = secret du nom de la rose) a pourtant fait couler beaucoup de sang durant deux millénaires.


Avec un peu de chance, un cinéaste américain va bientôt nous proposer une nouvelle version du livre et film "Le nom de la rose" de Umberto Eco, en version kung-fu sanguinolent gothique 3D.

En d'autres termes, depuis môme, nos adolescents se sont vu répéter : "après la mort, il n'y a rien, arrache la vie avec fracas s'il faut, avant qu'elle ne t'arrache la tienne. "Boucle d'Or est une garce maudite par nos ancêtres, au nom d'Apollon mon fils, ne la laisse pas bouffer ta soupe et coucher dans ton lit avant de s'enfuir par la fenêtre..."


Dans un monde cannibale, l'école n'est plus qu'un éteignoir. Pour ma part, je crains que le suicide ait un bel avenir parmi les non prédateurs inaptes à la domestication. 

 

Notes :


*1 - « Vingt heures hors de l’usine à perpétuité »: Le temps d'un dimanche de fiançailles (20 et 4 heures)? Le temps d'une jeunesse (20 ans)? Le temps d'une parenthèse de deux millénaires avant la contre-attaque des Empires? Les codes "arithmantiques" se dissimulent autant dans nos textes de référence que dans les dernières œuvres des magiciens de la sémantique... Des codes qui comme à Poudlard (Hogwarts) attendent depuis longtemps d'être déchiffrés par ceux qui les méritent !  Jubilons-nous pour les bonnes affaires et pour le bon roi en Sion ? QU’EST (S)ION ? Quelle est la nature de l'état et de la personnalité morale? Et qui est le roi? Qu'est-ce qu'être élu? A noter : l’album du groupe dont « The silence » est la  11ème et dernière chanson (renouveau après la première décade), dure 49 minutes et des poussières… 49 minutes intenses où les minutes sont des jours et des "jours d'années" (voir la notion de Jubilé et les chiffres correspondants). A noter encore : Le L de « siLence » est une lettre qui porte le chiffre 3 (elle est la 12ème lettre de l’alphabet latin, 12 dont la sommation donne 3). L capitale de Lumière et de Lévitique, L12 comme les 12 fils/signes/tribus. 12 comme le nombre atomique du premier isotope d’Oxygène qui a permis la respiration des créatures sorties des eaux. Précédant le L et première lettre liée au 3, le C symbolise la vitesse de la lumière dans le jargon scientifique et est aussi la capitale première de la notion CHRISTUS (singularité qui porte le langage caché en apportant la lumière). Derrière ce jeu de chiffres et de lettres se cache depuis l'Antiquité la quête du découpage du temps et de l'espace par la cohérence entre le système sexagésimal (12/24/360) et le système décimal. Un enjeu de taille pour tout empire souhaitant rayonner sur le monde depuis le centre 0 de son repère trigonométrique tout puissant! Par un jeu sémantique simple, en remplaçant L par C, SILENCE devient SCIENCE. La science sous ses formes réductionnistes ou spirituelles est-elle manifestée physiquement, visible et audible par tous ? Non, elle est contenue dans le silence, elle se découvre peu à peu et elle se transmet. Cependant l’Homme est libre de falsifier son propre langage, libre de faire ce qu’il veut avec la Lumière ! Pour le meilleur et pour le pire. La science se mérite, elle est à double tranchant, elle attend la conscience du cœur vaillant et intelligent, innocent ou repenti (thème des légendes arthuriennes) ! Elle se partage et comme la musique, elle donne le pire et le meilleur…  La sommation de SILENCE ou SCIENCE donne 4, ce nombre figuré étant celui de la quadrature du cercle. 4, moitié aspirée (inspirée) ou moitié expirée (transformée) d’un H silencieux évoquant la lettre zéro qui n’existe pas de façon "caractérisée". H est la 8ème lettre de l’alphabet latin, une lettre silencieuse et un graphe numérique symbolisant l’infini... Disons les infinis et la substance généreusement mystérieuse du double 0.


*2 - La homestake est une compagnie minière filiale de la société aurifère Barrick Gold. A elles deux ces entreprises exploitent l’un des plus rentables gisements d’or de l’histoire du consumérisme ! La Homestake est à l’origine de la création de la « National bank » des « Black Hills » et de la fortune du milliardaire John Hearst, le père du magnat de la presse William Randolph Hearst. En pleine phase d’extermination des indigènes, la croissance des sociétés minières était parallèle à celle d’une autre entreprise liée au crime, à l’exploitation de la crédulité des expatriés et au sang versé autant par les coupables que par les innocents, bien qu’en des proportions très différentes : les chemins de fer (Hell on wheels). Autre sombre détail : l’extraction de l’or par cyanuration, procédé à l’origine de la fortune consumériste de cette vaste entreprise humaine, est à la fois une indispensable activité motrice de la croissance de notre « Babel » et un facteur morbide pour le vivant et la nature élémentaire qui l’entoure et le constitue. Terre/AIR/EAU/FEU. Comment le feu peut-il être atteint par la pollution ? Par le désordre atomique engendré par la folie humaine, assoiffée de poussière d’étoile (métal). Depuis bien longtemps, avant même la fusion et la fission nucléaires, nous avons violé les lois de l’atome, de son neutron, de son proton et de son électron. Depuis bien longtemps nous avons contrarié la force forte et la force faible. Au prix que Roméo (électron et lune chargée), Juliette (proton et terre féconde) et Mercutio (neutron et enfant encore indéterminé en phase de transformation) connaissent bien ! Les résidus métalliques et les acides utilisés par les entreprises aurifères polluent la terre et les eaux, et lorsqu’on arrive à ioniser par décantation tous ces résidus (ce dont les industriels se préoccupent moins que de leurs bénéfices), la composition de l’air se trouve modifiée et subit un déséquilibre entre anions et cations. Lors de fréquentes erreurs de dosage du cyanure, on parle d’incident et les entreprises doivent impérativement dépolluer pour éviter le pire, OR, cela s’accomplit avec un traitement au chlore, qui est un autre polluant lourd, mais dont les conséquences sont moins perceptibles par le commun des mortels puisqu’elle n’entraîne qu’une désolation progressive de l’environnement (stérilisation/aseptisation) à laquelle nous sommes habitués.  Pour finir, toute cette entreprise multiforme est liée à la pétrochimie… There will be blood ! Les conservateurs et les souverainistes imaginent que le fait de ré-indexer la croissance sur la valeur sûre de l’or est une alternative à la folie de l’instrumentalisation de la valeur virtuelle de l’argent immatériel… Soit ils ont enfin compris ce que le langage du jeu de la vie et de la mort révèle, soit ils se  « Trump"ent" » ! La poussière d’étoile sacrée, nous l’avons maudite pour fabriquer des cuillères, des fourchettes et des couteaux pour toutes les bourses, ainsi que des armes. A la seconde guerre mondiale, les familles juives les plus enrichies en ont payé le prix fort en tant qu’ultimes boucs-émissaires de notre folie à tous ! Et qu’avons-nous symboliquement récupéré de leur magot, comme des vautours armés de bonne conscience ? Leurs cuillères, leurs fourchettes et leurs couteaux d’or et d’argent. L’or d’airain (les poêles et les casseroles de métaux moins purs) a quant à lui été réquisitionné pour fabriquer les armes du premier/dernier profanateur et invocateur du Nouvel Ordre Mondial : Adolf Hitler.

 

*3 - "Tu es à la fois là où tu crois être et là d'où tu viens" (tu es là d’où tu viens dans le texte en anglais littéralement traduit). Le passage indique fort probablement le fait qu'on est toujours attaché à son origine où que l'on soit et peut aussi indiquer qu'une particule demeure elle même et entière bien qu'elle soit détectable en des points différents par plusieurs observations en un même instant. Nous pouvons aussi supposer que la phrase évoque les voyages de la jeunesse, avant l'éteignoir, ou les désillusion de ceux qui se sont perdus dans l'itinérance. Nous avons là le fait qu’un électron libre pensant échapper à l’usine dans l’exotisme du voyage, finira un jour par devoir végéter sans abris ou prendre à quelqu’un d’autre pour subsister, sinon retourner au travail où qu’il soit. Et travailler dans les pays exotiques est dur et beaucoup plus mal payé que dans les pays qui ont fait leur fortune en les exploitant. Un expatrié travaillant pour une quelconque « Homestake company » est mieux payé qu'un baroudeur obligé au régime local, mais vit comme un bourgeois au milieu de ceux qui crèvent la faim en payant de son âme le prix de la gloire et de la grandeur du PERE SEVERE (un perce Eve errant) "there was something your father had burn in me"...


There will be blood in the District of Colombus!  Un prix maudit que l’on connait. Le retour perpétuel à l’usine évoque aussi le fait qu’après un week-end ou des vacances, l’usine nous attend… Jusqu’à la retraite, l’hôpital et les soins palliatifs.


CAB & HC Black's


Je vous laisse ici et ailleurs, avec une autre chanson alchimique, entre ténèbres et Lumière, brillamment interprétée par Kaleo...



Photo de l'albume A black mile to the surface par Manchester Orchestra.
The silence par Manchester Orchestra - Paroles et traduction française - Album A black mile to the surface



Posts récents

Voir tout

Comentários


Recevez nos publications dès leur mise en ligne

J'ai tenu à ce que ce site d'information et d'enseignement demeure gratuit, il implique néanmoins un lourd travail quotidien et ne pourra perdurer que grâce à l'aide de ses lecteurs. Le "bouton d'or" du don participatif me semblait tellement plus gracieux que celui de l'abonnement payant !

PayPal ButtonPayPal Button
bottom of page