top of page
  • christophealexisbi

CLUEDO

Dernière mise à jour : 9 janv.



Le lieu, l'arme et le mobile tacite du crime dont nous sommes tous plus ou moins responsables:


Commençons par le lieu qui n'en est plus un à proprement parler :


Sur la planète "Finance", un monde à part dit-on pour se rassurer, on ne s'encombre pas de l'éthique concernant le principe de causalité. Sur le terrain dématérialisé de la bourse, un paradis totalement arbitraire désormais ouvert à tous, les acteurs se foutent des causes et des conséquences globales comme un chien de sa première laisse. Entre ouverture et clôture, le temps d'un cauchemar consumériste, le global n'est plus que l'aire de jeu des intérêts particuliers - "qui enflent, qui enflent, qui enflent..." Ici les forces et principes de création, la vie (les créatures) et le langage, ne se conçoivent pas en termes de besoin, mais de moyen et d'opportunité. Dans l'arène le "pourquoi" ne compte pas ! Ce qui palpe c'est l'action et la vitesse, jusqu'à ce que la masse d'oseille accumulée devienne elle-même votre gage de profit ; à supposer que vous restiez prudents dans les mises et compétiteurs malgré les pertes humaines et les désastres engendrés par ce jeu d'échecs. Les questions existentielles ou écologiques n'ayant ABSOLUMENT aucun droit dans ce domaine, lorsque la danse morbide des traders commence, toute question relative au "pourquoi" ne fait plus sens, y compris celles qui concernent la nature et le comportement du marché.


"La tripotée de singes enragés qui s'avilissaient, suant et crachant, dans une compétition exclusive à huis clos, était au final moins dangereuse que la masse toujours croissante de leurs homologues de dernière génération."


Le pourquoi est l'affaire de l'échelon supérieur, les "sachants", "les visionnaires", "les initiés"... Ils sont maîtres conseilleurs, grands spéculateurs et gros investisseurs (...). Ces "SAGES" des temps modernes savent le prix de la victoire et de la défaite, le prix de la guerre et de la paix. Ils ont déconstruit les mécanismes d'Histoire, ils ont étudié les mouvements de foule et connaissent la psychologie humaine, ce qui les élève au rang de prophètes. Des prophètes qui annoncent des apocalypses de fin de partie, dans un jeu de rôles dont ils dictent les règles et influencent les acteurs.

Le pourquoi donc, dénué de tout sens éthique et de toute rationalité systémique dans le sens social et écologique du terme. L'art de déconstruire, de réduire et de détruire, non pour réparer, mais pour reconstruire en s'enrichissant au passage, sans le moindre souci de révéler les vices d'architecture dont les conséquences réelles sont génératrices de ce profit totalement arbitraire. Un profit dans le pire sens du terme, un opportunisme maladif propre à l'Humain corrompu par l'exercice du pouvoir et par les moyens que lui procure son expérience.


Après avoir été savamment analysée sur le plan stratégique, les causes et les conséquences ne font néanmoins l'objet d'aucune prospective digne de ce nom. Des données mises à profit, exploitées sans limite, "bureaucratisées", codifiées et exclusivement conservées dans l'opacité la plus totale, devenant des produits numérisés vidés de toute valeur sémantique et mathématique. Des chiffres et des lettres ne conservant qu'une valeur financière soumise à la loi arbitraire suivante : gain = bien / perte = mal. OR lorsque la croissance elle-même est indexée sur la compétition et le conflit : éthique et stabilité du marché = manque à gagner = perte / perversion et dérégulation des échanges = gain.

Un système de profit aveugle donc, sans connexion avec la réalité physique et psychique de ce monde, et mis au service des intérêts particuliers de chacun.

Autrement dit, dans ce domaine l'art de profiter de la prévision des conséquences grâce à la connaissance des causes ne répond en aucun cas aux besoins de tous, mais à la somme irrationnelle de nos moyens, justifiés par un accord tacite entre le sens commun (soumis à l'expérience) et les volitions particulières de chacun.

Dans ce système pervers et suicidaire reposant sur la servitude de tous devant l'accord tacite, les nouveaux prophètes de la technologie, de l'industrie et des finances, gouvernent les têtes et les mains bonnes à tout. Aux ingénieurs (les têtes), ils demandent le pouvoir de la lumière et de sa vitesse, pour vaincre le temps et réduire les espaces autant que faire se peut. Leur but : se rapprocher au plus près de la reine de la ruche : le Data center. Le nouveau sanctuaire du LANGAGE, depuis que nous nous SOMMES con/vaincus que ce principe servirait mieux l'Humanité une fois programmé et géré par une machine. Un anneau matérialisable et dématérialisable à souhait, doté de tous les pouvoirs et sur lequel tous nos yeux sont rivés par écrans interposés.


Pourquoi ce micro manifeste ?

Certainement pas pour écrire de beaux mots en bénéficiant d'une vérité qui fait sensation, vous connaissez la vocation de mes coups de gueule ! Mais une fois encore pour utiliser des termes (lettres et mots) et des associations d'idées susceptibles de vous faire entendre toute l'importance du véritable art alchimique de déconstruire le langage, pour réparer. Réparer l'Homme et sa machine infernale.

La protection de vos informations vous préoccupe encore ? Vous pensez que le cryptage des données et du langage est un gage de sécurité ? Et vous êtes convaincus de la nécessité objective de tous ces acquis et diverses assurances que nous procure notre Empire global ? Attelez-vous à une meilleure relecture ce texte !


CAB

10 vues0 commentaire

Comments


Recevez nos publications dès leur mise en ligne

J'ai tenu à ce que ce site d'information et d'enseignement demeure gratuit, il implique néanmoins un lourd travail quotidien et ne pourra perdurer que grâce à l'aide de ses lecteurs. Le "bouton d'or" du don participatif me semblait tellement plus gracieux que celui de l'abonnement payant !

PayPal ButtonPayPal Button
bottom of page